Les 5 incontournables | Comités d'audit et gouvernance - Secteur Assurance

Pour ce premier numéro des 5 incontournables du secteur de l'assurance, nous avons souhaité vous présenter la finance durable qui semble être le début d’un mouvement de fond en assurance, du dispositif d’entreprise à mission qui connaît un succès qui ne se dément pas, de cyber assurance, des mesures phares de l’avis de la Commission européenne sur la revue de la Directive Solvabilité, et enfin, nous présenterons par secteur d’activité un panorama des résultats du 1er semestre 2021 qui suit une année 2020 très fortement impactée par la crise sanitaire.

Accédez à la publication 

Au sortir probable d’une crise sanitaire au regard des indicateurs relatifs à l’épidémie qui se veulent optimistes, le monde de l’assurance poursuit sa transformation au rythme des évolutions économiques, sociales, technologiques et règlementaires. Une transformation en profondeur du modèle d’assurance qui se caractérise par la prise en compte de nouveaux enjeux. 

Finance durable : le début d'un mouvement de fond en assurance

Afin de répondre aux objectifs du Pacte vert pour l’Europe (Green Deal européen) qui vise à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 et à créer une économie à la fois moderne, compétitive et efficace dans l’utilisation des ressources, la Commission européenne a initié une restructuration des exigences en matière de reporting extra‑financier des entreprises. Même si certaines exigences sont entrées en application en partie au cours de l’exercice 2021, ces dernières ne constituent que le début d’un réel mouvement de fond pour l’ensemble des acteurs.

Entreprise à mission : la raison d'être des temps modernes

En faisant évoluer l’article 1833 du Code civil, le législateur s’adresse à toutes les entreprises françaises, afin qu’elles prennent en considération les enjeux sociaux et environnementaux de leur activité. Cette considération peut se traduire en adoptant une « raison d’être », ou pour les plus matures le statut de « société à mission ».
Au‑delà de l’engouement, il s’agit maintenant de s’assurer que la déclinaison opérationnelle de la mission suit l’ambition initiale afin d’éviter tout “mission-washing”.

La course à l'assurance cyber pour couvrir ses risques 

Quelle que soit la géographie ou le secteur d’activité de nombreux groupes et sociétés contractent depuis quelques années des polices d’assurance cybersécurité. Ces assurances ont pour objet de couvrir un nouveau risque difficilement quantifiable : la menace cyber qui fait régulièrement la Une de la presse dernièrement.

Ces polices couvrent les entreprises contre les nouvelles menaces pesant sur les systèmes d’information et notamment le rançonnage et le vol de données. Longtemps les risques identifiés dans ces polices étaient à la frontière entre l’incident informatique et la cybersécurité. Les nouveaux modèles d’assurance pointent maintenant plus directement les seules menaces cyber, liées par exemple à une intrusion et ayant pour impact le chiffrement de l’ensemble des données par un rançongiciel ou encore un vol de données en masse.

Les mesures phares de l'avis de la commission européenne sur la revue de la directive Solvabilité II 

La Commission européenne a publié en septembre dernier son avis sur la revue de Solvabilité II, dans l’ensemble en ligne avec les orientations finales de l’EIOPA publiées en décembre 2020. Certaines mesures ont néanmoins été modifiées pour renforcer la capacité des assureurs européens à contribuer à la relance économique post-COVID-19 : la Commission espère libérer jusqu’à 90 milliards d’euros de capital à court terme.

Panorama des résultats des sociétés d'assurance au premier semestre 2021

Après la forte chute qu’a connue la collecte en assurance-vie lors des premières heures de la crise sanitaire, le niveau de collecte au deuxième trimestre 2021 atteint désormais le même niveau qu’au deuxième trimestre 2019 avec 34 milliards d’euros. Cette dynamique est générée par le développement des unités de compte qui représentent désormais 46% de la collecte : un niveau historique. A l’inverse les supports en fonds euros connaissent une forte perte de vitesse qui s’est accentuée depuis le début de la crise sanitaire et principalement pendant les confinements durant lesquels les agences étaient closes. En début d’année 2019, la collecte brute sur les fonds euros fleurtait avec les 25 milliards d’euros alors qu’elle s’établit à 18 milliards d’euros au 2ème trimestre 2021 malgré de nombreuses actions commerciales des assureurs.

Pour découvrir ce 1er numéro, téléchargez notre publication ci-dessous :

 

Je télécharge

Couverture_5 incontournables_Avril 2022

Contact