Étude | Investir dans les PECO : rapport sur les fusions et acquisitions entrantes 2022/2023

Mars 2023 | Le début de l'année 2022 a été marqué par l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, ce qui a donné le signal d'une année turbulente pour les marchés européens et mondiaux. Les tendances qui étaient déjà à l'œuvre en 2021, à savoir la hausse de l'inflation et des coûts d'emprunt, ont été fortement amplifiées. La guerre a déclenché des chocs d'approvisionnement, notamment sur le marché de gros du gaz.

Dans le même temps, l'imposition de sanctions économiques à l'encontre de la Russie a encore compliqué le paysage des transactions. Dans ce contexte, les goulets d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement et les pénuries de main-d'œuvre, hérités de la pandémie, ont continué de freiner la croissance.

Les conditions de négociation n'auraient guère pu être plus difficiles. Pourtant, comme le révèle notre rapport, l'impact sur l'activité de fusion et d'acquisition dans la région de l'ECO a été beaucoup moins prononcé que ce que beaucoup craignaient initialement. En fait, à l'exception de 2021, année record quelque peu anormale pour les fusions et acquisitions, l'impact a été beaucoup moins prononcé que ce que beaucoup craignaient.
En fait - et à l'exception de 2021, une année record quelque peu anormale pour les fusions et acquisitions - les volumes de transactions et la valeur globale des transactions en 2022 ont tous deux atteint de nouveaux sommets dans les PECO.

Téléchargez le rapport en anglais

Principaux résultats

  • Dans l'ensemble, la CEE a enregistré 846 transactions pour une valeur totale de 39,2 milliards d'euros.
  • Le nombre de transactions enregistrées dans la CEE en 2022 est plus élevé que tout autre total annuel, à l'exception de celui de 2021, et éclipse de peu les 38,6 milliards d'euros de 2016.
  • La CEE n'a pas été la seule à être confrontée à des vents contraires en matière de fusions et acquisitions - toutes les régions du monde, sans exception, ont été touchées, même les économies avancées d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord ont toutes deux subi des baisses plus marquées d'une année sur l'autre en volume et en valeur.
  • L'Europe centrale et orientale est également restée un pôle d'attraction pour les investissements internationaux. La proportion globale d'opérations de fusion et d'acquisition dans la région impliquant des promoteurs transfrontaliers a atteint 64 % en 2022, soit quatre points de pourcentage de plus que l'année précédente et facilement la proportion la plus élevée sur les registres récents remontant à 2015.
  • L'activité dans le domaine du capital-investissement s'est ralentie après le déluge de transactions record de 2021, avec un volume de rachats en baisse de 31 % par rapport à l'année précédente. La valeur a encore diminué, de 66 %, les rachats totalisant 3,4 milliards d'euros en 2022, contre 9,9 milliards d'euros l'année précédente.
  • Le volume des rachats en 2022 a remarquablement bien résisté par rapport aux normes historiques. Le nombre de rachats par le capital-investissement en 2022 reste l'un des plus élevés jamais enregistrés dans la CEE, avec un total de 97 opérations, éclipsant facilement toute somme annuelle entre 2015 et 2020.

Perspectives pour les mois à venir

La région continue d'offrir des opportunités de consolidation sans précédent dans l'espace du marché intermédiaire dans des secteurs allant de la santé et du tourisme (parfois ensemble) à la fabrication et à la technologie.

2023 sera certainement une année difficile. Mais la qualité des entreprises de la région, la créativité des négociateurs et le soutien continu de la Facilité pour la résilience et la relance de l'UE, qui représente plus de 100 milliards d'euros pour les 12 PECO membres de l'UE, sont autant d'atouts. Ces éléments, ainsi que les fondamentaux solides de la région PECO, suggèrent qu'il y a de bonnes raisons d'être relativement optimiste pour l'année à venir.

Contacts